Top News

Recevez la Newsletter

Le téléphone mobile au Sénégal

Le téléphone mobile au Sénégal ; de nouveaux usages dans de nouveaux territoires.Les opérateurs au Sénégal, ne s’attendaient pas à une rapide croissance d la demande en téléphones mobiles vu que le pays était pourvu d’un réseau de téléphonie fixe performant et étendu.

Tags : telephone mobile sénégal

Le téléphone mobile au Sénégal

Avec leur politique basé sur l’accessibilité du plus grand nombre, les pouvoirs publics ont réussi a rendre 70% de la population accessible, un succès exceptionnel. En 1992, une forme d’accès originale et populaire : le Télécentre privé a été créé par La SONATEL (Société Nationale de Télécommunication) qui a aussi imposé au profit de France Telecom, un cahier de charges très précis pour un service universel à la nouvelle société en voie de privatisation en 1997.

operateur telephonie mobile bénin

 

Le nombre de lignes du pays est élevé par rapport à sa population. Il a franchi le seuil des 100 000 lignes en 1997, et espère atteindre les 165 900 lignes en 1999, soit une télédensité de 18 lignes principales pour 1000 habitants. Le Sénégal arrive ainsi en 3e rang dans l’Afrique de l’Ouest. Son réseau est presque totalement câblé en fibres optiques.


Le plus grand nombre de lignes à accès public se trouve au 2égal selon SONATEL. Cela est dû à la prolifération des télécentres en deux ans de plus de 22,4%. Ces télécentres dont 40% se situent en dehors de Dakar sont maintenant équipés d’un fax et d’une liaison internet à Dakar. Quelques 200 points phone gérés par la communauté sont installés dans les villages.lien + cheveux crepus


« Alizé »,  couvre les principales villes et axes routiers du pays, est interconnecté avec des réseaux étrangers, et est le réseau cellulaire numérique mis en œuvre par La SONATEL avec France Câbles radio en septembre 1996. De 1998 à 1999 le nombre des abonnés est passé à 70 000. La société Sentel, filiale de MIC (Millicom International Cellular) et deuxième opérateur a lancé se activités en avril 1999 en couvrant l’axe Dakar-Thies-Mbour et annonçant la même année 10 000 clients, après avoir obtenu une licence valable pour 20 ans renouvelables. La téléphonie mobile a connu en général, une croissance étonnante avec plus de 100 000 lignes avec un troisième opérateur.


Les zones les plus peuplées du pays sont aussi les plus couvertes, renforçant ainsi les structures spatiales existantes (Dakar et les grands axes de circulation périphériques, les villes de Mbour, Mbaké, Touba, Saint Louis et depuis un an Bakel, Kaolack, Tambacounda et Kolda, Zinguichor et le Cap skirring). 80% des utilisateurs sont à Dakar malgré une telle couverture. Ce succès s’explique par la complémentarité dans les espaces de l’économie populaire avec l’invention d’usages spécifiques.

 

Des usages populaires de téléphone mobile

Communiquer par téléphone fixe est 4 fois moins cher que d’utiliser un mobile. Malgré la promotion qui offrait le combiné  1000 Fr (qui représente 2 fois le salaire moyen) au Sénégal, il reste cher. Il semble donc réservé à une élite même si a structure spatiale, le système des cartes prépayées et le mode particulier de relations sociales en Afrique permettent des accès et usages pour des zones et catégories de populations modestes.
Le réseau cellulaire d’un pays comme le Sénégal épouse à la fois la structure des anciens réseaux installé et permet des accès dans des zones périphériques aux lieux centraux dépourvus de toute autre infrastructure moderne. Une création d’usages à moindre coût dans les zones urbaine ou péri-urbaines  pauvres et sous équipé ou dénués en télécentres est possible grâce à la relative « égalitarisation » de l’espace de la communication  distance.


L’usage du téléphone s’étant développé, il n’est plus limité aux seuls nantis mais se retrouve aussi chez les commerçants pour la plupart, les hommes d’affaires, les jeunes branchés… il a été adopté par les petits artisans et commerçant du secteur de l’économie, parce qu’ils ont compris l’intérêt du système d’abonnement par cartes pré-payées.
L’avantage, même si les cartes sont chères pour la durée d’appel est qu’une fois le crédit épuisé, on dispose de plusieurs mois pour être appelé. 13 menuisiers sur 22 à Thiaroye possédaient un téléphone mobile et 12 d’entre eux avaient adopté la carte. Pour les utilisateurs qui veulent limiter leur dépenses et garder l’anonymat, pour ceux qui en répondraient pas aux conditions pour bénéficier d’un service postpayé autant que pour les opérateurs qui pourraient récupérer leurs sous d’avance, le prépaiement est avantageux. Le téléphone est surtout utilisé pour recevoir des appels, laissant la possibilité aux appelés de rappeler à partir de télécentres. Plutôt que de la compétition, il existe donc une complémentarité entre les différentes formes d’accès au téléphone : au bureau ou chez soi, dans le télécentre ou n’importe quelle zone couverte par les antennes du cellulaire.


Le relief plat du Sénégal permet aux abonnés de recevoir le signal jusqu’à 50 km autour de l’antenne incluant les zones non électrifiées et non reliées par les bonnes routes à condition de pouvoir recharger l’appareil. Bien que les femmes de Kaolack et de Tambacounda réunies en association aient acheté un téléphone mobile et savaient à quoi l’utiliser, elles ne voient toujours pas l’utilité d’internet.

Le téléphone mobile et la pêche


Le téléphone mobile peut permettre une rationalisation de la filière de la pêche en servant de moyen de communication entre les premiers pêcheurs qui arrivent sur les plages des zones couvertes par l’Alizé et les mareyeurs qui peuvent ainsi les informer de la qualité et de la quantité de poissons qui sera débarquée. Ils évitent ainsi les pertes en envoyant le bon nombre de camions et de glace au bon endroit.


La téléphonie mobile peut être utilisée dans un processus démocratique comme celui de l’élection du Président Abdoulaye Wade, où téléphones mobiles, radios et internet ont été mis à parti pour assurer la transparence des élections. Internet permettait la consultation du fichier électoral, et les radios transmettaient les résultats du dépouillement depuis les bureaux de vote sur tout le territoire.


De puissantes organisations financièrement et politiquement au Sénégal, dans leur intérêt pour le secteur des nouvelles technologies sont devenus des fournisseurs d’outils informatiques, téléphones, ordinateurs à des prix défiant toute concurrence levant ainsi l’obstacle des prix pour le développement de la téléphonie mobile. Ces appareils arrivent de l’Europe ou des Etats – Unis chargés dans des conteneurs.une fois décodés et recodés par un informaticien, les conditions d’abonnement sont calqués sur les tarifs les plus intéressants consentis par la société parmi lesquels : l’abonnement étudiant. D’autres personnes encore, reçoivent ces appareils de la part de proches parents ou amis.


L’intérêt et l’utilité du téléphone au Sénégal sont clairement démontrés par la pratique de tous les usagers de quelque niveau social ou spatial que ce soit. Culturellement parlant ce sont la simplicité de la technique par l’usager, le caractère oral de la communication (ce qui le rend accessible aux analphabètes) et sa nature d’échange immédiat qui en font le succès. A travers cet outil, les sénégalais ont appris à raccourcir la durée de leurs salutations et les abonnés privés qui utilisent aussi les télécentres contrôlent mieux la durée des appels. Par contre, le bassin téléphonique de relation du téléphone mobile semble davantage être que pour le fixe, celui de la proximité, particulièrement adapté aux structures sociales complexes de l’Afrique.

Conclusion

« Les mobiles prennent peu à peu une place centrale dans le réseau téléphonique africain à mesure que les prix baissent ; forçant les lignes fixes à devenir des services à valeur ajoutée. Après la réduction des tarifs des mobiles, nombre de gens abandonnent les opérateurs de téléphonie classique qui n’offrent que des services de connexion simple » selon le responsable de l’Union Africaine des télécommunications.


L’essor du cellulaire mobile ayant révolutionné le concept de la téléphonie parce qu’affranchissant des contraintes de temps et d’espace réjouit l’Union Internationale des télécommunications. Cette évolution s’assortit pourtant d’une perte de la maîtrise technologique et de la souveraineté dans les Etats du Sud.


Premier segment du marché des télécommunications à s’ouvrir au secteur privé et à la concurrence, le cellulaire mobile peut-il pour autant contribuer à répondre à la forte demande d’accès aux télécommunications en Afrique ? Souvent utilisé pour l’installation rapide des infrastructures de télécommunication, l’installation des réseaux fixes est plus chère et moins rapide que celle des réseaux mobiles. Pourtant, la question de la téléphonie reste entière vu que l’extension de la couverture, l’installation des publiphones et le service à prix abordable n’est pas une priorité pour les opérateurs privés qui se font concurrence.


Le Sénégal montre qu’il n’y a pas de risque que les systèmes filaires deviennent obsolètes vu la complémentarité entre les systèmes. Pour l’UIT donc, « l’avenir est splendide, il est fait de mobiles ». Internet ravi souvent la vedette aux mobiles, mais avec les systèmes mobiles de la troisième génération qui arrivent, l’accès à internet sera libre et à des débits élevés. Le continent africain e risque-t-il pas d’être plus écartelé encore entre ses vastes zones de pauvreté non connectées et ses étroites zones d’affaires branchées aux espaces du nord avec Internet et la parole, sans lignes qu’elles soient électriques ou téléphoniques ?


NOTECH-MAG a choisi
Société
Notech
Notech

http://www.notech-bj.com/

Notech est une société spécialisée en référencement naturel .

Vos Futurs Clients vous Cherchent ? Avec Nous, ils vous Trouvent !

Un référencement naturel performant permet d'accroitre votre visibilité sur Internet et de générer sur votre site un trafic qualifié.

Produits & Services

Webmarketing

contact@notech-bj.com

Tel :
(229) 21 30 64 39
(229) 90 93 11 33